Comment être à l’écoute de son enfant grâce à la parole ?

Chaque enfant est différent, ils n’ont pas les même besoins ou les même envies. Cependant, comment connaître mieux les attentes de vos enfants sinon en lui demandant ?

Ma copine me dit souvent qu’elle emploi « la méthode Claire » quand elle veut expliquer quelque chose à sa fille. Elle dit ça parce que, c’est vrai, je parle beaucoup avec loulou. De tout en fait.
Quand on élève seule son enfant, la communication devient obligatoire !

Vous allez tout savoir sur les méthodes de communications que j’ai pu mettre en place à la maison.

Expliquer le déroulement de la prochaine journée

communiquer-avec-son-enfant2Chaque soir, au moment du coucher, nous avons notre petite routine. Cette routine permet de sécuriser les enfants et permets un coucher plus calme.
Pour notre part, après l’histoire, avant le bisou, je raconte à Loulou ce qui va se passer le lendemain, dans les grandes lignes.
Exemple : « Alors demain nous serons Mercredi. Le mercredi il n’y a école que le matin, je passerai donc te récupérer pour le repas du midi. L’après-midi, il y a judo. Et si tu veux on pourra faire un gâteau pour manger après, au moment du goûter. Ça te va ? »

Le faire participer à la préparation de la valise

Je demande à Loulou de m’aider à préparer sa valise lorsqu’il passe le week-end chez son père, ou si nous partons quelque part.
Il sait, bien sûr, à l’avance où il va, et en plus, je lui demande de choisir des vêtements qui lui plaise, ou des jouets qu’il veut emmener. Ainsi, même si j’ai préparé la valise à l’avance, nous pouvons faire, ensemble, des petites modifications. Il se sent investi et ne stress pas du changement de maison.

Lui parler quand il y a un conflit, mais pas que !

communiquer-avec-son-enfant

Évidement, quand nous sommes en conflit, je lui explique pourquoi je me fâche.
« Je ne suis pas contente, parce que… », puis « Est-ce que tu comprends pourquoi je me suis fâché ? »
Et si j’ai l’impression d’avoir été « trop méchante » dans mes paroles ou si j’ai l’impression que c’était trop important, je n’hésite pas à revenir plus tard, pour en reparler.
Par exemple : « Est-ce qu’on peut discuter ? J’aimerai qu’on reparle de ce qui s’est passé tout à l’heure. Tu veux bien ? ».

Je ne lui ai jamais parlé comme a un bébé

J’ai toujours répondu à ses questions, même les plus difficiles, avec des mots faciles et adaptés à son âge.
Ainsi, nous avions parlé de la mort, au décès de ma grand-mère, et ces questions étaient plutôt simple, intrigué surtout sur le lieu où elle était partie et il est très vite passé à autre chose. Il était alors âgé de 2 ans et demi.
Mais cet été, avec le décès de la grand-mère de son papa, à 4 ans et demi donc, les questions étaient bien plus poussées. De la maladie, à la tristesse des gens, en passant par les personnes âgées, il voulait tout savoir. Bien sûr, il faut veuillez à rester sécurisant pour l’enfant, mais s’il se pose toutes ses questions un simple « elle est au ciel » ne lui suffira pas et il risque de revenir à la charge une prochaine fois.

J’écoute ses besoins et ses envies

mere fille discuteÇa ne veut pas dire que c’est lui qui décide, mais j’essaye de prendre en compte son avis.
Si je le peux (et le veux) j’insère ses requêtes dans mon programme de la journée. Si ce n’est pas possible je lui explique pourquoi ou je lui donne une indication sur le moment où l’on pourra le faire.
Par exemple :
– « Loulou j’ai prévu du poisson pour ce soir, du saumon, avec des petits légumes.
– Oh non, je voulais des pâtes pour ce soir, avec des lardons et des champignons.
– J’ai déjà préparé le repas, alors ce n’est pas possible. Par contre je peux faire les pâtes pour demain. Ça te va ? »

Mais la communication a visiblement un prix

Le contrecoup de cette communication facile, c’est un petit garçon hyper (trop) bavard.
Et c’est parfois (non c’est très souvent) fatiguant.
Mais l’avantage c’est qu’il retient tout (même les bêtises qu’il peut entendre) et je peux dire, sans mentir, que j’ai affaire à un Loulou totalement épanouie dans sa nouvelle vie et il existe une complicité incroyable entre nous.

Bref, je l’aime et je suis fan de lui.

Vous arrivez à communiquer avec votre enfant ?
Si oui, quelles sont vos méthodes ?