Comment gérer l’absence de son enfant et en profiter

Vous aviez peut-être du mal à laisser votre enfant une nuit chez ses grands-parents, et voilà que vous devez désormais vivre avec son absence régulièrement ! Comment passer le cap ?

Je suis de ce genre de mère, hyper-fusionnelle, qui n’imaginait pas une seule seconde ma vie sans mon fils même pour un week-end.

Quand on parlait de séparation, avec le papa, ou mes amis, je fondais en larme à l’idée de ne pas l’avoir chaque jour avec moi.

Parce que oui, finalement, ce n’est pas l’enfant qui a le plus besoin de vous, c’est bien VOUS qui avez le plus besoin de votre enfant !

Comment préparer l’enfant (et vous-même) :

Dans la mesure du possible, optez pour une séparation en douceur. C’est-à-dire, prenez quelques semaines/mois d’adaptation (voir de cohabitation même si, je vous l’avoue, ce n’est pas simple à gérer).

Commencez par le laisser au papa une journée de temps à autre, puis un weekend complet.

Surtout, le plus important c’est de bien lui expliquer. La situation change, il s’en rend déjà compte, n’en faîtes pas un secret.

Et bien sûr ne parlez jamais en mal du papa devant l’enfant.

Il existe des livres très bien, que l’on peut lire avec lui comme :

  • Les deux maisons de Petit Blaireau (Marie-Hélène Delval) qui explique très bien la séparation, sans prendre parti. Et qui montre que même si notre famille est différente, on s’aime tout autant.
  • Chez Papa et chez maman (Mélanie Walsh), mon préféré. Il est très sympa à lire puisqu’il possède de nombreux volets à déplier avec du texte caché derrière. Vraiment ludique. Loulou l’adore et nous le lisons encore régulièrement.

Comment profiter de son absence

Mais OUI, vous allez en profiter !!!index2

Séchez vos larmes les S.M.S et profitez-en. Puisqu’il part un week-end entier, pourquoi pas vous ?

N’hésitez pas à aller voir de la famille, ou des amis. Renouez avec vos potes autour d’un verre, dans un bar, jusqu’à pas d’heure puisque vous n’avez pas de contrainte horaire !

(Je sais c’est déroutant au début.)

Restez au lit jusqu’à 11h et traînez en pyjama chez vous. Pourquoi pas ?

Vous n’êtes pas obligée de cuisiner, ni de vous lever le matin, ni de jouer à un jeu de société, vous n’êtes pas forcée de regarder l’heure afin de mettre loulou au lit avant 21h, pas de goûter à préparer, pas de dessins animés !

Du temps pour VOUS !!! A dépenser comme vous le souhaitez.

Alors les filles, prenez votre « Wish List » : qu’est-ce que vous avez toujours remis à plus tard faute de temps ?

Comment la séparation vous aide dans votre comportement au quotidien ?

C’est logique, le vendredi soir, après une semaine complète seule avec loulou, vous êtes épuisée et donc forcement moins patiente.

Et c’est là que toutes vos copines vont vous jalouser : Après 2 jours non-stop sans enfant, vos batteries de patience sont revenues au top niveau. Vous attaquez donc, sereinement, la nouvelle semaine.

De plus, ayant gagné en patience, et aussi par ce qu’il faut bien l’avouer ces petites bêtes là nous manque, vous allez faire plus de choses avec lui.

Si, Si, je vous jure.

Là où avant vous lui disiez : « Vas jouer dans le jardin ! », maintenant vous avez envie de passer plus de temps avec lui.

C’est ainsi que vous vous retrouverez à quatre pattes en train de jouer, ou à faire de l’accro-branche parce que vous savez que ça lui fera plaisir.

(Ça sent le vécu !)

Comment combler le manque ?

Pour moi le plus dur c’est les vacances scolaires, bien sûr.

Mais grâce à des petites astuces, que vous trouverez avec votre enfant, vous allez pouvoir avoir des nouvelles, voir même vous creuser la cervelle.

Par exemple, pour loulou et moi, nous avons commencé l’année dernière à nous envoyer des « photos rigolotes ».

En plus de nos 2 coups de fil hebdomadaire, régulièrement, avec l’aide du papa, je reçois une photo de lui insolite. A mon tour ensuite de lui en envoyer une.

Young beautiful woman sitting on beach reading a bookAlors au début c’était plutôt classique, comme une grimace, et puis petit à petit, se prenant au jeu, nous cherchons toujours un lieu, ou un accessoire, ou un thème imposé. Ainsi pendant toute la durée des vacances, nous avons un « fil rouge ».

Grands fans de photos tous les 2, pour nous ça coulait de source.

Mais il peut s’agir de charade à inventer et deviner, ou d’un objet à trouver pendant le séjour, ou d’un repas à concocter à son retour avec des ingrédients imposés, etc… C’est sans fin ! Laissez parler l’imagination de votre enfant.