Il y a deux catégories de maman, dans laquelle êtes-vous ?

Dans la vie, il existe deux catégories de maman.
Je ne vous mens pas, il suffit de regarder autour de vous à la crèche, au parc ou à l’école vous allez tout de suite reconnaître.

Il y a la catégorie des « Maman/maman »

Celle-ci a clairement renoncée à être une femme. Ce n’est plus qu’une maman.
Cela ne veut absolument pas dire qu’elle n’est pas heureuse. C’est juste qu’elle ne s’occupe plus d’elle.
Cheveux en bataille, pantalon large et confortable, chaussure plate et facile à enfiler.
Pour être au top dans sa vie de maman, elle fait passer son bien être au second plan.

Et la catégorie des « Maman/femme »

Celle-ci peut être un peu agaçante pour la 1ère catégorie tant elle est belle et épanouie.
Pour elle, être une bonne maman passe aussi par un épanouissement personnel. Un léger maquillage, un petit détail girly sur sa tenue, les ongles vernis. Elle se fait plaisir et ça se voit.

Women-Spend-5-Days-a-Year-Checking-Themselves-Out-in-the-Mirror-2

Pour ma part, c’est à la crèche que j’ai eu le « déclic ».
Après la naissance de Loulou j’ai tout de suite opté pour le style « Maman/maman ». Les cheveux attachés, encore mouillé, en chignon, le jeans mal taillé, le pull qui cache bien les fesses. Rapide pour le matin, pas de prise de tête, et comme j’avais pris pas mal de poids ce camouflage m’empêchait de trop regarder (ou que les autres regardent) de trop près ce corps qui ne me plaisait pas.
Le temps passait et je ne faisais pas beaucoup d’effort.

Et puis, un jour, en voyant les « Maman/femme » qui récupéraient leurs enfants, je me suis sentie gênée.
Quand je croisais une connaissance j’avais des petites phrases du genre« bon tu ne regardes pas trop, je ne suis pas au top aujourd’hui ». J’avais un peu honte de moi.

Début 2013, Loulou avait 2 ans.
Comme souvent dans ma vie, lors des envies de changement, je fais quelque chose de nouveau avec mes cheveux.
Ma transformation à été radicale quand j’ai coupé, très court, mes longs cheveux et que je les ai foncé en un châtain foncé.
Et paf, la claque. Cette nouvelle coupe m’a donné envie de féminité. Petite fleurs dans mes cheveux assortis à mon vernis ou ma tenue. Et puis petit à petit la transformation a continuée avec un peu de sport tous les soirs et des repas équilibrés.

Aujourd’hui, je suis moi.
Je ne me cache pas. Je fais attention à moi, pour me plaire.
Je sais que je ne suis pas une mannequin « bombasse », mais je m’en fiche. J’ai le corps que j’ai et la vie que je veux.

Toutefois, je garde le pantalon large pour les journées pyjamas !

Et vous, avez-vous eu le déclic ? Si oui, comment ? Et sinon pourquoi pas aujourd’hui?